Galanterie et sexisme

sexisme
féminisme
genre

#1

Hello,

Depuis quelques années maintenant, j’évite d’agir par galanterie. Ce qui me gène dans la galanterie, c’est le coté sexiste. J’ai du mal à comprendre pourquoi il est bien vu encore aujourd’hui pour un homme de tenir la porte à une femme.

Je me permets de citer la page Galanterie de Wikipedia :

Aujourd’hui au contraire, elle [la galanterie] peut être perçue comme archaïque. Certaines personnes, en effet, considèrent que le caractère sexiste et donc discriminatoire de la galanterie est une atteinte à l’égalité entre les hommes et les femmes. Simone de Beauvoir, figure emblématique du féminisme français du xxe siècle, dans son ouvrage “Le deuxième sexe” écrivait à propos de la galanterie qu’elle est une contrepartie héritée des sociétés patriarcales visant à maintenir la femme dans son état d’asservissement.

Pour Peter Glick et Susan Fiske, deux chercheurs en psychologie sociale ayant travaillé sur le sexisme ambivalent, la galanterie est une forme de sexisme bienveillant, plus insidieux que le sexisme hostile mais avec les mêmes effets. Comme le soulignent Marie Sarlet et le professeur Benoît Dardenne, responsable du service de psychologie sociale de l’Université de Liège, il est plus facile de maintenir des inégalités à travers une influence bienveillante et persuasive qu’en usant de moyens plus hostiles1.

J’aime bien l’idée qu’on soit courtois·es/poli·e·s les un·e·s avec les autres quelque soit notre genre.

Qu’en dites-vous ? Quel est votre rapport à la galanterie ?


#2

En tant que personne perçue comme femme par la société, je dois avouer avoir une répulsion profonde pour la galanterie. En effet, cela me renvoie au fait que pour les autres, avant d’être un individu je suis à leurs yeux avant tout une femme (faux), et qu’iels choisissent d’interagir avec moi non-pas en fonction de ce qui pourrait nous convenir à toustes les 2 mais en fonction de cette seule et unique supposition à mon égard. De plus, cette pratique tend à me mettre dans la position d’une fragile petite chose, incapable de porter quoi que ce soit, de maintenir une porte ouverte ou de survivre à quelques gouttes d’eau projetées par une voiture.

La seule raison pour laquelle je peux le comprendre, c’est dans le cadre où les deux personnes sont claires sur le fait que ça leur fait plaisir. Certaines personnes aiment avoir des comportements galants pour manifester leur affection et certaines personnes aiment que l’on soit galant’e envers elleux et si iels peuvent être davantage heureuxses en fonctionnant ainsi, sans imposer cela aux autres personnes, alors iels ne font de mal à personne et je leur souhaite tout le bonheur du monde !

A titre personnel, j’aime beaucoup tenir les portes à mon entourage, les laisser passer devant moi lorsque le trottoir se rétrécit ou simplement leur rendre un service, mais indépendamment de leur genre, juste parce que, pour reprendre tes mots, c’est courtois et poli et ça fait souvent plaisir comme petite attention.*

(*Sauf certains cas d’hommes qui se sentent immédiatement remis en question dans leur virilité et semblent prêts à mourir plutôt que de me laisser leur tenir une porte, auquel cas cela me permet de savoir très vite que je n’ai a priori aucune envie d’interagir avec de telles personnes !)


#3

Merci pour ton témoignage !

J’aime bien éviter de parler de galanterie dans ce genre de cas pour éviter le coté très genré du terme. Peut-etre peut-on parler d’attentions ?

J’ai cru comprendre que tu pouvais ne pas apprécier qu’on te tienne la porte car ça pourrait te “mettre dans la position d’une fragile petite chose”. Pourquoi un homme ne pourrait-il pas ressentir la même chose ?
Personnellement, j’ai pas souvenir d’avoir été dérangé par une attention à mon égard (hormis quelques cas où ça pouvait être par intérêt mais rien de méchant).

Enfin, ça me conduit à une autre question. Si je tiens la porte à une femme, je ne le ferais pas son genre, mais juste pour lui faire plaisir, pour l’aider… Je pourrais faire exactement la même chose à un homme.
Mais c’est ambiguë pour la femme à qui je tiens la porte. Elle ne peut pas savoir si c’est de la galanterie ou une attention sans distinction de genre. Et je vois pas trop de moyen simple de le signifier. Quel comportement pourrais-je adopter pour ce genre de cas ?


#4

Oui, le terme attentions me semble bien, j’utilise celui de galanterie parce que je sais que certains couples en reprennent les codes ou y sont attachés mais je préfère également celui-là !

Je n’apprécie pas qu’on me tienne la porte justement dans des cas où c’est lié à des mécaniques de galanterie, puisque justement dans ces cas là, je suis renvoyæ à l’idée de la femme qui doit être jolie et fragile. Je parle de contextes où ce n’est pas simplement “oh tiens, passe devant moi si tu veux” mais où il y a au moins eu des éléments paraverbaux montrant un énervement, une frustration, voire des cas où on m’a harcelé à ce propos ou l’a utilisé ensuite pour essayer de me dominer socialement. Je ne pense pas que tenir une porte mette automatiquement une personne dans une situation de fragilité dans l’absolu, mais c’est dans ce contexte que fonctionne la galanterie, je ne pense donc pas qu’un homme (qui n’est ici pas victime de ce schéma) puisse être renvoyé au même niveau. Par contre, j’ai eu le sentiment que cela les énervait profondément (soit parce qu’on leur a inculqué que pour être un “bon” homme il faut forcément se comporter ainsi, soit parce que ça les frustre de ne pas me voir entrer dans un schéma sexiste et asservissant où ils auraient une position privilégiée).

Oui, c’est effectivement ambigu ! On ne peux pas toujours échapper à cette ambiguïté mais en me basant sur mon expérience personnelle, je dirais :

  • Ne pas s’empêcher de le faire, surtout si ça te fait plaisir !
  • Si iel vous incite à passer avant ellui (dans le cas d’une personne inconnue surtout), læ remercier et passer
  • Si il s’agit d’une connaissance avec qui tu es amené à interagir régulièrement sur une certaine durée (exemple : sortie avec des ami’e’s incluant des inconnu’e’s), le simple fait de voir que tu fais de même indépendamment du genre de la personne peut désamorcer la crainte que ce soit motivé par de la galanterie. Un autre truc que je fais, personnellement, c’est d’alterner : une fois tu me laisses passer, une fois je te laisse passer. Je le dit souvent à la personne en plaisantant mais ça lui montre que c’est plus une question de gentillesse voire de coordination (ça évite le coup des deux personnes qui se “battent” pour laisser passer l’autre) qu’une question de genre !

#5

Pour ma part, je tiens la porte aux gens, sans distinction de genre. Comme le dit @Hel, c’est bien de montrer que tu tiens la porte à tous les genres, cela désamorce l’aspect sexiste. Les comportements qui m’insupportent, c’est quand je souhaite laisser passer un homme et qu’il me sort “ah non, quand même pas !”. Du coup j’associe leur volonté de me laisser passer à un truc sexiste. Sinon, par défaut, j’essaye de partir du principe que c’est de la politesse/gentillesse, et non une habitude culturelle sexiste.

Dans la même veine, je suis tombée sur ça aujourd’hui : http://www.slate.fr/story/165977/genre-restaurant-stereotypes-vin-alcool-vegetarisme


#6

Salut,
J’entends ces réflexions et je les comprends.
Cela m’interroge beaucoup sur la relation de séduction. A force de lire ce type de message, j’ai l’impression que cela devient sale de vouloir séduire quelqu’un surtout s’il s’agit d’un homme qui est attiré par une femme.
Comment pourrait-il le manifester de manière respectueuse selon vous ?
#++


Proposé par Camille Roux